Lifestyle

Les 6 tendances culinaires israéliennes qui vont régaler les papilles françaises en 2018

écrit par Nicole Perez

Si nous apprécions le beau matériel de cuisine présenté à Culinary 2018, nous avons surtout envie de découvrir les nouvelles tendances de la cuisine israélienne. Nous ne parlerons pas ici des vins qui font l’objet de salons spécialisés. Ne nous attardons pas sur les classiques, huiles d’olive, tehina, miels, silan (miel de dattes) etc. qui sont proposés un peu partout dans le pays, parfois par de petites entreprises menées par des pionniers audacieux. Certains miels se sont hissés aux premières places dans des compétitions internationales. Des brasseries locales fabriquent des bières qui rivalisent avec les européennes. On se souvient encore du café turc Elite omniprésent dans les premières décennies de l’Etat d’Israël, mais la grande firme propose maintenant plusieurs variétés de café à l’arôme plus ou moins corsé. Dans tous les domaines culinaires, on note des évolutions intéressantes : sécurité alimentaire, produits végétariens ou végétaliens (mayonnaise sans œufs, par exemple), traçabilité, diversité, abondance de produits locaux et importés… Place à la dégustation !

1. Mix de farines sans gluten pour les intolérants

Dans la tradition juive et en Israël, le pain est présent à chaque repas. Jusqu’à peu, les intolérants au gluten devaient se contenter de substituts au goût et à la consistance médiocres. La société Kemah Tami a développé plusieurs mix de farines destinés à la confection de pains, gâteaux et crêpes consommables par les personnes atteintes de la maladie cœliaque. Ces produits, du point de vue gustatif, ressemblent fort à leurs homologues fabriqués avec du blé.

2. Fromages de chèvre du Golan face aux 1 200 variétés de fromage français

La législation israélienne interdit la fabrication de fromage au lait cru. Cette restriction, justifiée vu les conditions climatiques du pays, n’empêche pas certaines laiteries de créer des spécialités fromagères savoureuses. Certains fromages français n’ont, par exemple, rien à envier à ceux de la société Barkanit, située dans le Golan, avec ses chèvres affinés plus ou moins longtemps, enrobés de cendre, préparés en petits conditionnements ou en grosses bûches pour être vendus à la coupe.

3. Chocolats made in Israël à l’assaut du monopole Suisse et Belge

Une autre entreprise familiale (trois générations !) établie dans le Golan, De Karina, fabrique des chocolats de haut niveau – bouchées au praliné, truffes, spécialités à la liqueur – à la mode européenne. Mais elle a ajouté à son catalogue des produits « couleur locale », comme des chocolats à l’huile d’olive. Elle propose aussi des ateliers de fabrication de chocolats pour adultes ou enfants, une idée sympathique pour ceux qui passent leurs vacances dans la région. Si vous ne pouvez pas faire le déplacement, offrez ou offrez-vous un ballottin !

4. De la glace, mais pas pour les enfants

Les spécialités de Tipsy Scoop peuvent contenir jusqu’à 5 % d’alcool. Laissez-vous tenter par chocolat amer, caramel au beurre salé et whisky, ou bien menthe, vodka et pépites de chocolat ou encore fraise, bourbon et vanille ! Des arômes originaux qui changent des spécialités industrielles.

5. Tapenade et gastronomie méditerranéenne pour ouvrir l’appétit

Revenons aux spécialités composées de produits locaux : olives, citrons, tomates, herbes aromatiques. Plusieurs entreprises rivalisent de créativité sur le terrain des pâtes à tartiner salées. Les originaires de France connaissent bien la tapenade. Celle-ci se décline sous plusieurs formes, à base d’olives noires, vertes ou violettes, plus ou moins piquantes, comporte aussi des tomates séchées hachées. Les citrons confits au sel, autre must de la gastronomie méditerranéenne, mixés avec de l’huile d’olive, deviennent une crème qui excite les papilles… Au départ, ces produits étaient surtout commercialisés en conditionnements destinés à la restauration, mais ils arrivent maintenant en petits pots sur les linéaires des supermarchés.

6. Endive de Judée, légumes rares et champignons frais

La Bible relate que les Hébreux nourris de manne dans le désert se plaignaient de ne pas trouver les légumes qu’ils consommaient en Egypte. De façon similaire, les nouveaux immigrants récemment arrivés d’Europe regrettaient de ne pas trouver en Israël leurs aliments habituels. Ces temps sont révolus ! La Ferme de Tekoa cultive une large variété de champignons pour les commercialiser frais ou séchés, ainsi que des légumes rares. Et les ceux qu’elle n’a pas encore réussi à faire pousser entre le Jourdain et la Méditerranée, elle les importe. C’est ainsi que l’on trouve toute l’année des endives au supermarché. Alors, vraiment pas de regrets !

Que ceux qui pensent encore qu’un repas israélien version 2018 est constitué d’un falafel et d’une tranche de pastèque lèvent le doigt !

publicité-alyah

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Inscrivez vous à la Newsletter
Inscrivez vous à la Newsletter Alyah.fr et tenez vous au courant de l'actu de l'alyah
Votre inscription à bien été enregistrée.
Respect de la vie privée
Don't miss out. Subscribe today.
×
×
Partagez15
Tweetez
+1
Partagez
15 Partages