Culture

Comment se reconstruire après un attentat ? Un survivant de « Charlie »raconte

écrit par Felix Perez

Un rescapé de Charlie et un très grand écrivain

Un superbe récit de reconstruction pour percevoir le drame des survivants d’attentats islamistes, qu’ils soient de France ou d’Israël. Par Félix Perez

Philippe Lançon, rescapé de l’attentat islamiste contre Charlie Hebdo

L’auteur, Philippe Lançon, (né en 1963) nous dévoile de façon intime et poignante son vécu de l’attentat contre Charlie dont il a été l’un des rares rescapés, ainsi que les terribles moments qu’il a traversés pour sa reconstruction physique et morale. La présence de ses amis, victimes de la boucherie, comme Cabu (si gentil dans la vie), Wolinski, Tignous, Charb, Bernard Maris ou le garde du corps Franck, hantent ce récit. Son ouvrage décrit son rapport à l’intense et quasi-permanente douleur et le merveilleux fonctionnement de services hospitaliers de médecine de pointe. La grande présence de sa famille et de ses amis s’avère d’une grande utilité. Et quand il en vient à être injustement exigeant envers certains, il en donne les raisons, comme pour s’en excuser.

Des artistes juifs comme thérapeutes

Lançon s’appuie aussi beaucoup sur la musique et sur des écrivains comme Proust et Kafka, omniprésents dans son travail psychologique, via leurs réponses aux souffrances qu’ils ont eux-mêmes vécues. Leur origine juive est une dimension à considérer. En effet, selon de nombreux critiques : Proust affiche un trouble identitaire, lié à ses origines maternelles et à sa souffrance homosexuelle ; Kafka souffre de son assimilation que ses écrits vont lui permettre d’affronter par le biais des thèmes de l’oubli, de l’hybridation, de l’identité et de la culpabilité.

Solidarité, la bouée de sauvetage

L’auteur raconte son rapport personnel aux chirurgiens, aides soignantes, policiers, tous omniprésents et amenés à formidablement s’occuper de lui, comme des parents d’un enfant. Il reste remarquable qu’il arrive néanmoins à garder distance et hauteur en nous faisant partager à la fois sa situation d’assisté et sa maîtrise de la situation, y compris dans des moments physiquement ou moralement épouvantables. Sa description modeste de ses grandes qualités humaines force notre respect. Elle montre qu’on a affaire à un grand monsieur, comme à un grand écrivain forgé par l’adversité, précis, émouvant et au style original par sa grande sincérité souvent intime.

Comprendre le drame des attentats, en Europe comme en Israël

La description de ce voyage dans la souffrance la plus intime incluant une mise à nu des sentiments semble impudique. Elle reste toutefois indispensable, non seulement à la thérapie de l’auteur, mais aussi à notre compréhension du drame qu’ont vécu ces nombreux survivants d’attentats en Europe comme en Israël qui, à défaut, resteraient des noms ou des nombres. Autour de moi en Israël, je connais directement près d’une dizaine de rescapés d’attentats islamistes, ce qui est énorme. Ce récit m’a mieux permis de toucher du doigt les énormes difficultés qu’ils ont dû traverser. Il illustre leurs efforts pour retrouver l’espoir et redevenir pleinement humains face au terrorisme islamiste si présent en Occident et qui veut avant tout déshumaniser.

Le Bataclan comme point final ?

Ce n’est ainsi pas un hasard si ce roman s’achève le jour même de la boucherie du Bataclan : « C’était de nouveau, comme au réveil après l’attentat, un décollement de conscience, et j’ai senti que tout recommençait, ou plus exactement continuait, en moi et autour de moi, parallèlement à tout ce qui sous mes yeux défilait. Dans ce nuage il y avait les cris à l’entrée de Charlie, le geste trop lent de Frank, les corps de mes amis morts, la cervelle de Bernard, les regards de Sigolène et de Coco, et par-dessus tout le souffle et la présence des tueurs aux jambes noires qui ressurgissaient comme par une faille dans l’espace-temps »

Quelle meilleure façon de reconnaître les qualités littéraires de l’auteur et notre combat contre l’islamisme que de lui attribuer le futur Prix Goncourt ; de nombreux critiques militent dans ce sens !

Le lambeau, Philippe Lançon,
Editions Gallimard

publicité-alyah

Votre commentaire

Inscrivez vous à la Newsletter
Inscrivez vous à la Newsletter Alyah.fr et tenez vous au courant de l'actu de l'alyah
Votre inscription à bien été enregistrée.
Respect de la vie privée
Don't miss out. Subscribe today.
×
×
Isradem Demeco
Don't miss out. Subscribe today.
×
×
22 Partages
Partagez22
Tweetez
+1
Partagez