Histoire d’Alyah

Histoire d’une Alyah: 1882-1904, Empire Tsariste

écrit par AKC
BANNER-don

Histoire d’une Alyah: 1882-1904, Empire Tsariste.

La première grande Alyah est née d’un assassinat, celui du Tsar Alexandre 2 en mars 1881 tué par des révolutionnaires.

L’instabilité politique qui s’ensuivie fut un facteur essentiel de la recrudescence de l’antisémitisme dans l’empire Tsariste, où vivaient alors plus de 5 millions de Juifs.

La vague de Pogroms qui s’abattait sur la communauté juive précipita l’émigration de celle-ci vers l’Occident, la formation de groupes d’autodéfenses, mais aussi favorisa l’émergence de l’idée d’un retour vers Sion.

En réalité tout débuta avec le mouvement de la “Haskala”, initié en Allemagne par Moses Mendelssohn, philosophe juif du 18ème siècle, qui posa les bases idéologiques de l’émancipation des juifs dans les nations, notamment par la sécularisation de l’hébreu et la transmission des idées des lumières.

Un siècle plus tard, Moses Hess, philosophe juif allemand, prôna lui aussi l’émancipation des Juifs, mais contrairement aux maskilim (Juifs du mouvement de la Haskala) elle ne pourrait s’obtenir selon lui qu’avec la séparation des juifs des autres nations. Ainsi il appela les juifs au retour à la terre promise à travers son livre publié en 1862 “Rom und Jérusalem : Die letzte Nationalitätsfrage” (Rome et Jérusalem-la dernière question nationale).

91829326754552997547b94.33770552.jpg Moses Hess

La voix de Moses Hess trouvera un écho important à la suite des Pogroms de 1881 lorsque certains maskilim, déçus de l’absence de réaction de l’intelligentsia russe libérale, prônèrent un retour à Sion, seul moyen d’arriver à l’émancipation.

L’aboutissement de ce formidable mouvement de restructuration de la vie sociale et de la pensée juive amena à la création d’un autre mouvement, celui des “amants de Sion”, Léon Pinsker et Lev Lilienblum, intellectuels Juifs, en étaient les principaux fondateurs.

2072113271545529bdaff736.95328299.jpg Léon Pinsker

L’entreprise sioniste en marche, il fallut trouver les moyens de se réapproprier la terre, par le travail de celle-ci mais aussi par son achat, et dès 1882 le baron Edmond de Rothschild (1845-1934) acheta en Eretz Israël des terres insalubres, finança des écoles, des synagogues et subventionna l’installation de juifs notamment à Rishone letzion.

D’ailleurs, sur l’accusation des juifs européens qui auraient volé la terre des palestiniens qui y vivaient depuis des siècles, l’éminent juriste Alan Dershowitz de répondre:

“Une étude des achats de terrains entre 1880 et 1948, réalisée par des spécialistes a montré que les trois quarts des parcelles achetées par les Juifs appartenaient à des grands propriétaires terriens, et non à ceux qui travaillaient la terre”.

Il est peu dire que la réappropriation de la terre par le travail du Juif venait à l’encontre de l’image antisémite qu’avaient les pogromistes à son égard (lâche, usurier, traître…).

Le juif nouveau n’était plus uniquement le juif de l’étude, il devenait le propre maître de sa terre et de son destin de surcroît, un changement de conception de soi absolument profond.

1595146747545529e8987ad2.52359883.pngPionniers juifs à Rehovot

L’achat et le travail de la terre n’auraient pas été une réussite complète sans cette première Alyah:

D’après le célèbre historien Benny Morris, en 1882 les juifs de Palestine ne représentaient que 5% de la population, soit 25,000 juifs pour un peu moins de 500,000 arabes. À la fin de la période de la première Alyah, on comptait près de 50,000 juifs.

Mais durant cette période le sionisme connaîtra un grand bouleversement, celui de la naissance du sionisme politique.

L’affaire Dreyfus qui éclata en 1894 avait durement marqué Théodore Herzl, journaliste juif laïc né à Budapest et basé à Paris à l’époque, qui arriva à la conclusion que la seule solution à l’antisémitisme était l’établissement d’un État Juif souverain.

50098099354552a04d131d9.62041133.pngThéodore Herzl

Dès 1896, il publia “Der Judenstaat”(l’Etat Juif ou L’Etat des Juifs), où il exposa sa vision de la question juive, et réussira à transformer sa pensée en acte par l’organisation du premier congrès sioniste mondial à Bâle en 1897 et par la création de l’Organisation Sioniste.

Sa vision détaillée du futur État Juif sera dévoilé en 1902 par la publication de son livre “Altneuland”(Pays ancien, pays nouveau), à présent les juifs ont une structure politique, un leader et surtout une vision, l’Etat Juif est en chemin.


1. Encel Frédéric et Nicolas Alexandre, “Atlas géopolitique d’Israël”.

2. Charbit Denis, ” La promesse d’une Terre Pour la Diaspora Juive ” article Le Monde Hors- Série L’Atlas des Utopies.

3. Dershowitz Alan, ” Le droit d’Israël “.

4. בני מוריס, ״מדינה אחת, שתי מדינות״

6. ידיעות אחרונות- אנציקלופדיה

7. Site d’Akadem: Mozes Hess, Herzl, Pinsker, Haskala.

Propos de Simon Epstein: “L’Alya, un bouleversement”, Akadem.

publicité-alyah

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Inscrivez vous à la Newsletter
Inscrivez vous à la Newsletter Alyah.fr et tenez vous au courant de l'actu de l'alyah
Votre inscription à bien été enregistrée.
Respect de la vie privée
Don't miss out. Subscribe today.
×
×
Partagez
Tweetez
+1
Partagez
0 Partages