Alyah en Pratique Système de santé Israélien

Où va le système de santé israélien selon l’OCDE?

écrit par Arik
BANNER-don

L’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) vient de publier son rapport 2012 sur la santé. L’organisme, utilisant des indicateurs unifiés et la même méthodologie pour comparer les systèmes de santé des différends pays offre ainsi l’occasion aux Olims que nous sommes d’apprécier l’efficacité du système israélien. Et plus important encore, comment il se compare au système français qui passe pour être un des plus protecteurs au monde. 

Un effort financier et une capacité d’accueil plutôt modeste 

Le premier constat, il faut le reconnaître, est sans appel, l’état d’Israël investit beaucoup moins pour la santé de ses concitoyens que les pays les plus développés. Avec 2165$ par an et par tête en 2009, c’est à peine 55% de ce que la France investit (3974$) et 66% de la moyenne OCDE (3268). D’autant qu’à la faiblesse de l’investissement il convient d’ajouter un taux de financement public parmi les plus faibles de la zone OCDE (60,5% en israël contre 72%).  

117783242250e0a706ebfd83.24137184.jpg

Tout ceci se reflète parfaitement dans un taux d’équipement en appareils médicaux de pointe très en deçà de ce qu’on observe parmi les pays riches.  

Ainsi, Israël dispose de 2 installations IRM par million d’habitant à comparer avec une moyenne de 12,5 pour la zone OCDE ou encore 9,2 scanners par million d’habitant contre 22,5 en moyenne. 

Et il faut ajouter qu’il en est de même concernant les capacités d’accueil des établissements de soins : 1,9 lits pour 1000 habitants contre 3,4 en moyenne et surtout 4,8 infirmières pour mille habitants, soit presque moitié moins que les 8,7 observées ailleurs. 

En revanche et c’est une des rares bonnes statistiques, 3,5 médecins pour mille habitants contre 3,1 en moyenne. 

Bref, à première vu, tout ne semble pas rose au pays où coule le lait et le miel, et pourtant… 

Et des résultats plus que satisfaisants

Pourtant et c’est là la grande bonne nouvelle, c’est qu’avec ce peu de moyens, les israéliens parviennent à faire relativement mieux que la majorité des pays OCDE.  

68006109250e31b30d7b891.45957765.jpg

L’espérance de vie est de 81,7 ans contre 79,8 en moyenne (83 pour le Japon, pays où on vie le plus vieux) et le taux de mortalité infantile est de 3,7 pour mille contre 4,3 pour mille. 

De même le taux d’obésité est plus faible que la moyenne OCDE, même s’il est plus important que celui de la France ou de l’Italie. 

Toujours est-il que l’efficacité du dollars dépensé en Israël est sensiblement plus elevé en Israël que dans le reste de la zone OCDE. 

Mais pas sans quelques bémols 

Alors effectivement, on pourrait se féliciter du fait qu’Israël soit plus gestionnaire et délivre une telle qualité de soins avec si peu. Après tout, en France n’est-on pas concerné part le trou de la sécurité sociale qui plombe les comptes de la collectivité assombrissant ainsi les perspectives économiques du pays? 

Toutefois, en tant que Olims, ce qui nous intéresse au premier plan, c’est comment nous serons soignés. Or, il faut comprendre que ces économies ne sont pas sans contreparties.  

Un encadrement plutôt light

Si objectivement, il n’y a rien à redire à la qualité des soins, il faudra en revanche changer ses attentes face au système de santé israélien.

 L’accompagnement du patient sera en effet, ici beaucoup plus spartiate. Et d’une certaine manière, en Israël, on attend que la famille du malade s’implique pour s’assurer d’une prise en charge correcte. 

Cela est du au déficit d’infirmières que l’OCDE a pointé du doigt dans son rapport. Toutefois, après une grève de 17 jours qui aura occasionné le report de nombreux actes de médecines dont plus de 150 000 vaccins, le syndicat des infirmières a obtenu du gouvernement une revalorisation importante de la profession et l’assurance que d’avantages de moyens seront déployés dans les années à venir (cliquez ici pour : grève des infirmières) .  

Mais de façon générale, les établissements de soins en Israël se cantonnent essentiellement à leur mission médicale et l’aspect “hôtelier”  que l’on peut avoir en France quand on garde un patient en observation n’est pas d’actualité ici. A titre d’exemple, la prise en charge des femmes  lors de l’accouchement se limite à deux jours…  

Un système un peu rigide

La deuxième contrepartie tient en la rigidité du système israélien. Son organisation s’articule autour de quatre grandes caisses d’assurance maladie (Koupat Holim) auxquelles tout israélien est obligé de cotiser. 

Cette assurance obligatoire ouvre droit à un panier de soin dont on ne pourra bénéficier qu’auprès de la caisse à laquelle on est affilié.  Ceux qui le souhaitent pourront souscrire une assurance complémentaire auprès de leur caisse d’assurance maladie, mais en dehors des prestations supplémentaires, le fonctionnement reste le même. 

L’assuré se verra alors remettre une carte magnétique où sera stockée l’intégralité de son carnet de santé. L’avantage, c’est que cette tracabilité permet d’améliorer les soins en offrant à tout médecin de prendre connaissance rapidement des antécédents d’un patient. Mais la contrepartie, c’est que du coup, il n’est pas totalement libre dans ses propositions, il doit souvent suivre un protocole.

L’autre soucis, c’est que si vous entendez parler d’un très bon médecin, mais qu’il n’est pas affilié à votre caisse, il ne vous sera peut-être pas possible de le consulter ou en tous cas, probablement pas sans frais.

Enfin, plus problématique, ou plutôt, plus difficile à comprendre en cas d’urgence, pour les hôpitaux, il vous faudra, avant d’aller aux urgences, passer par une sorte d’organisme d’aiguillage agréé par votre Koupat Holim qui vous orientera. Et gare à vous si vous oubliez cette étape.

En conclusion, le système de santé israélien reste performant en dépit de certaines particularités difficiles à appréhender pour un français. C’est un système où vous devrez vous prendre en main et chercher la bonne information, voir parfois discuter avec le personnel. Mais au final, pourvu que vous ayez des amis pour vous aider dans vos démarches vous y jouirez d’une qualité de soins plus qu’appréciable.

publicité-alyah

Votre commentaire

Inscrivez vous à la Newsletter
Inscrivez vous à la Newsletter Alyah.fr et tenez vous au courant de l'actu de l'alyah
Votre inscription à bien été enregistrée.
Respect de la vie privée
Don't miss out. Subscribe today.
×
×
Partagez
Tweetez
+1
Partagez
0 Partages
/* ]]> */