Opinion des Olim sur Israël

“Mon alyah à 9 ans dans une école de Jérusalem sans parler hébreu” – Le témoignage d’Avigael

écrit par Avigael98
BANNER-don

Avigael a fait son alyah en provenance de Montpellier à l’âge de 9 ans, sans parler le moindre mot d’hébreu. Elle se remémore son arrivée dans une école israélienne de la vieille ville de Jérusalem et nous donne son sentiment sur cette alyah précoce.

L’alyah à 9 ans sans parler hébreu

De Montpellier à Jérusalem

“J’ai fait mon alyah en Israël à l’âge de 9 ans en 2007 avec mes 2 frères de 7 et 4 ans, sans parler hébreu.

Je suis née à Montpellier où j’ai vécu 6 ans puis nous avons fait une petite escale de trois ans en banlieue parisienne avant notre Alyah familiale.

1632555847543b85759b2807.60996850.jpg

A notre arrivée en Israël, j’ai été dans une école israélienne où se trouvait avec moi une fille qui venait de faire également son alyah.

A l’école en Israël sans parler hébreu

Alyah à 9 ans sans parler hébreuNe sachant pas parler le moindre mot d’hébreu, l’école, située dans la vieille ville de Jérusalem, nous a donné quelques cours d’hébreu pour apprendre la base. Mis à part ça, je faisais en parallèle un oulpan qui m’a donné beaucoup d’avance. Cependant, il ne fait aucun doute que la meilleure façon d’apprendre l’hébreu est d’être avec les israéliens et de s’intégrer le plus rapidement.

L’année dernière, j’ai commencé le bac israélien (différent ici de celui de France) avec une amie qui vient de faire son alyah il y a 1 ans et Barouch achem réussit très bien en Israël (elle est un exemple pour beaucoup). Avec 5 autres amies françaises, on peut dire qu’on se débrouille comme des chefs !

Aujourd’hui le ministère de l’éducation israélien offre beaucoup d’aides aux nouveaux immigrants en Israël et cela pendant les 10 années qui suivent l’alyah. (dans mon cas et je sais que pour encore beaucoup d’autres personnes, cette aide a été d’une énorme utilité).

L’alyah, facile pour les enfants, dur pour les parents

Pour mes frères et moi, l’intégration en Israël a été très facile en tant qu’enfants, même sans parler hébreu, mais je sais qu’au début cela n’a pas été le cas pour mes parents; ce n’est pas simple d’arriver dans un pays où on ne connaît rien.

Mais c’est comme chaque personne qui fait son alyah, au début ce n’est pas un jeu d’enfant mais ensuite on apprend à se débrouiller en Israël.

La vie en Israël, même si elle n’est pas toujours commode, a un goût que l’on ne peut décrire et ceci me fait dire que jamais je ne regretterai mon alyah.

 Comment s’est passée l’alyah pour mes parents

Une fois bien installé en Israël, quand on demande à mes parents “comment s’est passée l’alyah ?”

Ils répondent toujours qu’ils regrettent de ne pas avoir fait l’alyah il y a déjà plus de 15 ans quand ils étaient jeunes. Faire l’alyah avec une famille c’est déjà se compliquer la tache mais ils sont très heureux de l’avoir réalisée pour l’avenir de leurs enfants. Ma mère ajoute que pour rien au monde elle ne quitterait Israël.

Aujourd’hui, j’ai 2 petits frères israéliens (nés en Israël) et je pense que c’est le plus beau des cadeaux pour mes parents.

Le décalage entre la France et Israël

Juive en France…

1331915665543b85990b3648.63400706.jpg

J’ai été récemment en France pour des vacances dans le sud et ressentant l’antisémitisme, j’ai été choquée que les juifs de France ne remarquent pas le danger dans lequel ils vivent.

Il y avait des endroits où on ne pouvait se rendre tout simplement ! Pourquoi?… La réponse est “simple” et “logique” : parce qu’on est juif ! En Israël, ça n’existe pas de ne pas pouvoir aller dans certains endroits, ici on est chez nous!

…et en Israël

C’est tellement beau:

  • de pouvoir se promener dans les rues de Jérusalem et de voir toutes les souccoth construites de partout à tous les coins de rue.
  • de pouvoir aller dans tous les supermarchés et de pouvoir acheter ce qu’on veut sans la question: « est-ce-que c’est cacher ? »
  • ou de pouvoir arrêter les gens dans la rue pour leur demander de compléter le miniane .

Ce sont des choses qu’on ne voit nulle part ailleurs !!!

Quand on vient habiter en Israël c’est là où on se rend compte de tout ce qu’on a raté, parce qu’on ne peut sentir le manque d’une chose inconnue !

Alors que je suis arrivée en Israël sans parler hébreu, aujourd’hui je parle couramment et me débrouille comme une israélienne ; je suis fière de pouvoir aider les nouveaux immigrants en Israël à mon tour !

94879036543b85bfa4e862.39384146.jpg

Mes conseils pour réussir votre alyah :

  • avant de choisir une école en Israël pour vos enfants, allez vous renseigner par vous-même. N’écoutez pas ce que l’on dit sur les écoles israéliennes ; rendez vous sur place ! Car choisir une bonne école en Israël est la chose la plus difficile (même si beaucoup de futurs immigrants pensent que c’est facile car toutes les écoles sont juives).
  • faites un oulpan très sérieux, c’est grâce à ça que l’on peut s’intégrer le plus vite à la société israélienne
  • n’acceptez  pas les offres d’emploi dans les sociétés françaises / francophones en Israël car ça empêche de bien s’intégrer

Nous avons été reçus comme les 80.000 eme olims de France et nous espérons que ce chiffre va décupler !

En vous souhaitant une très bonne alyah je vous dis à bientôt !!!

AMEN!

Avigael

NOTICE EXPLICATIVE par Ezra Banoun

Remarque préliminaire:

il ne fait aucun doute que la meilleure façon d’apprendre l’hébreu est d’être avec les israéliens et de s’intégrer le plus rapidement (1)cela n’est vrai que pour les enfants jusqu’à 12 ans. A partir de cet âge il est indispensable d’apprendre l’hébreu de façon méthodique jusqu’au niveau guimel au minimum pour être en mesure d’apprendre en vivant en hébreu et progresser rapidement dans un oulpan intensif.

j’ai commencé le bac (différent ici de celui de France (2))– Les examens de la “BAGROUT” (bac d’Israël) se passent par matière par matière, sur plusieurs années –

Depuis l’an dernier les élèves commencent à passer les examens de Bagrout à partir de la classe de Youd Aleph (équivalente à la classe de 1ere en France)

Barouch Ha Chem(3): Mot à mot : Beni soit le Nom (du Créateur) – Suivant la tradition juive on n’utilise jamais le terme D… mais des expressions telles que Baroukh Ha Chem, Ychtabah Chemo, …

avec une amie qui vient de faire son alyah il y a 1 an et Barouch Ha Chem (3) réussi très bien en Israël (elle est un exemple pour beaucoup) : il s’agit semble-t-il de Keren qui vient de nous transmettre elle aussi un témoignage super!

Aujourd’hui le ministère de l’éducation offre beaucoup d’aides aux nouveaux immigrants et cela pendant les 10 années qui suivent l’alyah(4) : exact ! Cette tendance va aller en croissant suite à la décision prise par Netanyahou et Libermann d’intégrer en Israël dans les dix prochaines années 100,000 olim de France et 1 million d’olim dans le monde.

…cela n’a pas été le cas pour mes parents, ce n’est pas simple d’arriver dans un pays où on ne connaît rien(5)exact ! C’est pourquoi nous recommandons a tous les candidats à la ‘Alyah de bien préparer leur montée en Israël et nous mettons à leur disposition les infos et les outils pour le faire.

qu’ils regrettent de ne pas l’avoir fait il y a déjà plus de 15 ans quand ils étaient jeunes car avec une famille c’est déjà se compliquer la tâche mais qu’ils sont très heureux de l’avoir réalisé pour l’avenir de leurs enfants (6) : exact, plus on vient en Israël, jeune et sans famille, plus c’est simple! C’est pourquoi nous recommandons aux familles d’examiner l’opportunité de trouver des structures adaptées à l’intégration de leurs enfants à partir de l’adolescence ou après le Bac.

Aujourd’hui, j’ai 2 petits frères israéliens (nés en Israël) et je pense que c’est le plus beau des cadeaux pour mes parents(7) ; La famille comportait 3 enfants lors de l’alyah il y a sept ans et comporte aujourd’hui deux enfants de plus. C’est la preuve que les parents ont foi en l’avenir, malgré les difficultés du départ, et contribuent au dynamisme démographique du peuple israélien.

…j’ai été choquée que les juifs de France ne remarquent pas le danger dans lequel ils vivent(8) : les juifs de France qui pensent devoir continuer à vivre en France sont consciemment /ou inconsciemment aveugles et sourds aux dangers qui s’accumulent, dangers qui restreignent leur liberté de vivre en exprimant une identité juive.

de pouvoir se promener dans les rues de Jérusalem et de voir toutes les souccots construites de partout à tous les coins de rue(9)Ce qui est le plus impressionnant c’est de vivre un Yom Kippour en Israël; tout le pays s’arrête, la rue est livrée aux enfants les véhicules ayant cessé de rouler, et nous vivons tous cette fête solennelle ensemble!

ne pas accepter les emplois dans les sociétés françaises car ça nous empêche de bien nous intégrer(10). Il est quelquefois indispensable pour des raisons “alimentaires” d’accepter à type temporaire un travail dans une entreprise française. Mais la stratégie de la recherche d’emploi stable en Israël doit se fonder sur la recherche d’un emploi intégré au monde israélien.

Nous avons était reçu comme les 80.000 ème(11).olims de France : depuis nous avons reçu 21,000 olim de France et nous avons dépassé 100, 000!

… et nous espérons que ce chiffre va décupler (12)C’est le programme NETANYAHOU / LIBERMAN arriver à 1 million d’olim du monde entier sur les 10 prochaines années.

publicité-alyah

Votre commentaire

Inscrivez vous à la Newsletter
Inscrivez vous à la Newsletter Alyah.fr et tenez vous au courant de l'actu de l'alyah
Votre inscription à bien été enregistrée.
Respect de la vie privée
Don't miss out. Subscribe today.
×
×
Partagez
Tweetez
+1
Partagez
0 Partages
/* ]]> */