Les Communautés juives et l’Alyah

200 000 juifs français se déclarent prêts à faire l’alyah !

écrit par al
BANNER-don

200 000 : le chiffre est impressionnant. Presque irréel. 200 000 juifs français, cela représente exactement 36 % de la 2e plus grande communauté juive au monde. C’est pourtant le chiffre annoncé par le ministre de l’éducation Naphtali Bennett lors de la présentation de son plan pour l’ayah de la jeunesse française. Un chiffre repris et confirmé aujourd’hui à l’occasion du 1er congrès des associations francophones en Israël organisé par Qualita.

« 200 000 juifs français se déclarent prêts à faire leur Alyah mais les institutions de l’Etat ne sont tout simplement pas préparées à cela. » a constaté, implacable, le ministre de l’éducation israélien, lui même pur produit de l’Alyah.

« Aujourd’hui, Israël ne fait pas assez pour aider l’alyah de France. Si l’on ne fait pas plus, on risque de rater une opportunité historique. De saborder l’accueil des 200 000 juifs de France qui déclarent vouloir venir en Israël. Il est donc nécessaire de les accompagner dans le passage de leur maison de France en Israël. » « La situation en France n’est pas bonne et ces juifs veulent venir. » « Ne nous apitoyons pas sur ce qui a n’a pas été fait pour cette belle communauté. Regardons plutôt vers le futur. «

Je connais bien la communauté des Olim de France. Ils sont pleins d’amour d’Israël, de chaleur, d’optimisme… ils amènent un supplément d’âme à Erets Israël »

D’après lui, il est d’autant plus urgent d’agir que « le nombre d’Olim de France en Israël est en diminution sur ces dernières années. » De 8000 nouveaux immigrés de France en 2015 à 2300 cette année.

Une diminution, a priori en contradiction avec le chiffre, troublant  des 69 % d’augmentation des actes antisémitisme de France.

Une baisse conséquente liée au difficultés d’intégration des juifs français en Israël pour Ariel Kandel directeur général de Qualita, associée au projet. « Si on aide pas les français présents en Israël, si on ne résout pas leurs problèmes d’intégration – et ceux de leurs enfants – on ne parviendra pas à faire monter d’autres Olim »

« Nous avons déjà commencé au Ministère de l’éducation avec le programme pour les élèves et jeunes immigrés de France. Mais ce n’est qu’une étape . » a repris Bennett. « J’ai soulevé la question en conseil des ministre et j’ai été ravi que le 1er ministre Binyamin Netanyahou comprenne l’importance de cet enjeu majeur pour l’état d’Israël. Et qu’il me confie la tache de dessiner les contours du futur plan pour l’Alyah de France en Israël. »

« Je serai le père de l’alyah de France. A partir de maintenant, je suis le ministre français du gouvernement israélien ».

Une déclaration aussi forte qu’ambitieuse.

« J’appelle Binyamin Netanyahou à créer une équipe sur la question de l’Alyah de France», avait interpellé le ministre de l’éducation. « A la mobilisation de tous les ministères ; du logement, des affaires sociales, de l’intégration pour faciliter l’alyah des juifs de de France qui souhaitent s’installer en Israël. C’est une question d’intérêt national ! »

Naphtali a visiblement été entendu par Bibi. Ses ambitieuses déclarations s’accompagneront elles d’actions concrètes pour l’Alyah française ? La question se pose.

publicité-alyah

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Inscrivez vous à la Newsletter
Inscrivez vous à la Newsletter Alyah.fr et tenez vous au courant de l'actu de l'alyah
Votre inscription à bien été enregistrée.
Respect de la vie privée
Don't miss out. Subscribe today.
×
×
Partagez750
Tweetez
+1
Partagez
750 Partages
/* ]]> */